Accueil / Nouvelles / Canada Hippique publie un rapport spécial sur les aspects économiques de l’industrie canadienne des courses de chevaux

Industrie

Canada Hippique publie un rapport spécial sur les aspects économiques de l’industrie canadienne des courses de chevaux | Imprimer |

Le 20 mars 2012 — Selon une nouvelle étude publiée aujourd’hui par Canada Hippique et Strategic Equine, la contribution de l’industrie des courses de chevaux en Ontario serait de l’ordre de 4,5 millards de dollars, ce qui représente 77 % de l’apport total de ce segment économique pour l’ensemble du Canada. The Economics of Horse Racing in Canada, un rapport détaillé de l’industrie des courses de chevaux province par province, démontre l’impact significatif de ce secteur d’activités au Canada. L’industrie des courses contribue annuellement l’équivalent de plus de 47 000 emplois à temps plein, et quelques 5,7 milliards de dollars à l’économie du pays.

Bien que le secteur des courses ne constitue qu’un faible pourcentage du nombre total de chevaux au Canada, son incidence économique figure parmi les plus élevées de l’industrie équestre.  Avec 45 000 chevaux actifs (5 % du cheptel canadien), le secteur des courses génère 26 % des retombées de l’industrie, pour un impact économique réel de 5,7 milliards annuellement. Au niveau provincial, l’Ontario représente la part la plus substantielle du marché, avec plus de 68 % de l’offre à l’échelle nationale, et 86 % des bourses remises en 2010.

The Economics of Horse Racing In Canada constitue le premier d’une série de rapports intitulés État de l’industrie, qui ont été produits par Canada Hippique en marge de L’Étude de 2010 sur le profil de l’industrie équestre canadienne publiée en 2011. Cette étude présentait l’analyse la plus exhaustive de l’industrie équestre nationale depuis 1998, année où Canada Hippique a commencé à colliger des rapports.  

« Les données démographiques et économiques recueillies dans le sondage de 2010 recèlent une foule d’informations essentielles, qui servent à déterminer l’apport de l’industrie équestre canadienne dans l’économie globale du pays », explique Mike Gallagher, président de Canada Hippique.  « Le but de l’étude nationale et des rapports sur l’État de l’industrie, tels que celui-ci, est de mieux documenter le processus de décision et le développement des politiques susceptibles d’affecter notre industrie et nos chevaux ».

L’auteure de cette étude, Vel Evans, ajoute pour sa part : « Considérant la carrière relativement brève et intense des chevaux de course, la dépense annuelle en produits et services liée à cette industrie est plus substantielle que pour la plupart des autres domaines d’activité équestre. Le secteur des courses de chevaux exige l’apport de vétérinaires équins et de produits et services spécialement conçus pour la santé générale de l’ensemble de l’industrie équestre. À travers nos 15 ans d’étude au sein de l’industrie équestre des niveaux provincial, national et international, il est évident que l’industrie des courses des courses de chevaux est viable, et que l’industrie équestre de façon générale est solidement établie ».

Pour le président de Canada Hippique, le constat est clair. « Le secteur des courses de chevaux en Ontario, et les milliers d’hommes et de femmes qui œuvrent au sein de cette industrie florissante, jouent un rôle très important dans ce grand succès national.  Nous encourageons fortement le gouvernement de l’Ontario à travailler de pair avec ce segment de l’économie, afin que l’industrie des courses continue de croître et de prospérer.  Ce partenariat bénéficie non seulement à la province de l’Ontario, mais à l’ensemble du Canada, à travers ses communautés rurales et les dizaines de milliers d’hommes et de femmes qui soignent nos chevaux, et pourvoient aux produits et services de l’industrie des courses ».

Téléchargez cette étude gratuite via le site Web de Canada Hippique http://bit.ly/H4te6i.